Mission octobre 2017

Philippe Besson, Dr Forat Sadry, Dr Farshid Fateri et Dr Ralph Le Dinh

Grâce à la participation du Dr Farshid Fateri, cette mission à visée urologique a eu lieu entre le 4 et le 14 octobre. Elle était attendue depuis longtemps par le chirurgien local Gideon Kurigamba, initié déjà par lui lors de la mission de mai 2013 puis par un séjour à Fribourg organisé par Dr Konstantinos Nassiopoulos en janvier 2016.

Préparation de la salle par le Dr Ralph le Dinh, le Dr Farshid Fateri et Joanne Foschini

Une trentaine d’interventions ont pu être effectuées dont des urétroplasties, des cystoscopies, des résections et des biopsies prostatiques. De nombreux patients ont pu être soulagés du port permanent d’une sonde urinaire par voie basse ou par cystostomie, dont un adolescent de 15 ans dont l’urèthre était pris dans un cal osseux après rupture traumatique et fracture du bassin.

Les Dr Farshid Fateri et Gideon Kurigamba à l’œuvre

Le rêve de Gideon est de pouvoir réaliser des résections endoscopiques (TURP), chirurgie moins invasive pour le patient mais nettement plus délicate pour le chirurgien ; pour l’instant, le matériel nécessaire n’est pas disponible. C’est un des objectifs à envisager dans l’avenir.

Il reste en outre toujours la question de l’organisation du bloc opératoire : comme cela a été répété maintes fois lors des missions précédents, la personne responsable actuellement n’est pas adéquate dans cette fonction….leur faire modifier cet état de choses parait insurmontable !

Philippe Besson nous a accompagné une fois encore, armé de toutes les intentions de parfaire le fonctionnement de la machine radiologique. Cette fois, elle est au point : on peut enfin mobiliser le tube et la fluoroscopie fonctionne.

Philippe Besson met au point la machine radiologique

Deux appareils d’échographie ont aussi été réparés : l’une, la Logiq 9 de GE, bénéficiant d’un nouveau disque dur et l’autre, l’échographe portable Philips, d’une nouvelle sonde. Les deux appareils avaient simplement été mis à l’écart, personne ne nous ayant averti d’un dysfonctionnement !

Dans le but de préciser les possibilités de pratiquer de la microbiologie à l’hôpital, l’interniste anglaise sur place actuellement, Hilary Graffy, le chef du laboratoire , Gideon Isabyrie, et moi-même nous sommes rendus à l’hôpital de Kisiizi, à trois heures de là. Cet hôpital est soutenu par des hôpitaux anglais et dessert une population un peu moins pauvre que Bwindi. Le laboratoire, plus élaboré, permet la pratique de cultures. L’utilité de ce service est évident puisqu’il a permis de détecter des bactéries résistantes aux antibiotiques usuelles. Malheureusement, la rentabilité de la part microbiologie est faible si pas nulle. Pourrons-nous profiter de leur expérience et trouver un moyen d’offrir ce service à Bwindi ?

 

Hilary Graffy et Gideon Isabyrie au laboratoire à Kisiizi

Ce voyage a aussi été l’occasion d’inaugurer le bloc opératoire, rénové et agrandi, par une première opération urologique le 5 octobre dans des locaux encore non aménagés.

Une grande fête a été organisé le 13 octobre en présence de l’ensemble du personnel de l’hôpital et des responsables administratifs, notamment le révérend Dan Zorcka, évêque de la province et président du conseil d’administration de l’hôpital (voir article et photos à ce sujet sur le site).

Et c’est reparti …avec le but d’organiser la nouvelle mission qui aura lieu en mars 2018.

FS/ le 11 novembre 2017

Partagez !