Mission mars 2018

Nous étions neuf pour ce camp dont quatre nouveaux initiés :deux étudiants, une ergothérapeute et un spécialiste en informatique.

Cette mission avait trois buts : orthopédique, radiologique et informatique.

Les Drs Georges Kohut et Rémy Boscacci ont fait 100 consultations qui ont abouti à 21 interventions dont neuf cas de surinfection osseuse ou articulaire (ostéomyélite et arthrite) et à 18 traitements d’ergothérapie. Douze patients sont revenus pour un contrôle à un an. La contribution de deux sociétés de produits médicaux a permis l’intégration de matériel de remplissage osseux , parfois avec un antibiotique. Ceci est nécessaire chez les patients dont l’intervention entraine une perte de substance osseuse (excisée car nécrosée et souvent infectée).

En salle d’opération : Dr Kohut, Dr Asaph et Dr Ballam

Pour la première fois, des prélèvements de tissu infecté ont fait l’objet de cultures avec antibiogramme, visant à mieux cibler le médicament idéal pour traiter l’infection. Grâce à la
contribution personnelle du Dr Boscacci , une antibiothérapie intraveineuse post-opératoire a pu être également instaurée.

Dr Boscacci donne un cours sur les ostéomyélites

Un important travail d’équipe a permis ce travail dont une participation du personnel médical et paramédical locaux, très motivés. Le suivi après notre départ a été assuré par l’étudiant en médecine qui nous accompagnait, Maxence Reynard. Cinq patients sont déjà programmés pour le prochain camp en 2019 !

Maxence compile les dossiers

En anesthésiologie, la Dresse Katryn Flueckiger a renouvelé son enseignement et a dû gérer l’anesthésie des tout petits, difficile à assumer par le personnel local. Elle a aussi fait réaménager la salle d’opération et de réception des patients pour maximiser les critères d’hygiène … mais il y a encore beaucoup à faire pour obtenir des conditions adéquates pour une chirurgie nécessitant une stérilité absolue !

Dr Flueckiger en contrôle

Les patients handicapés par des amputations, des contractures majeures après brûlures et des pathologies neurologiques ont été pris en charge par Emmanuelle Picot, ergothérapeute. Ce métier, mal connu, aide à l’adaptation du quotidien des personnes avec un handicap ( voir son article ). Elle a fait son travail sous une tente installée sur l’herbe, au milieu de l’hôpital, incitant tout le personnel d’aller y jeter un coup d’œil !

Emmanuelle Picot enfile le bas de contention d’une jeune fille hémiplégique

Grace au travail acharné de ses prédécesseurs, Dominique Schmid a revu les paramètres nécessitant l’obtention de radiographies de bonne qualité, particulièrement nécessaire à l’orthopédie. Changement du produit de développement, achat d’une cassette, tri des anciennes cassettes et tests des différents paramètres ont permis un progrès certain…et des étagères ont fait enfin partie de l’ameublement plus que rudimentaire !

Moses réalise une radiographie du thorax
Quelques étagères en radiologie !
Dominique Schmid s’est fait un ami. Un jeune homme gravement brûlé

Patrick Pasquier a fourni une aide sous forme d’une virtualisation de leur système informatique : il s’agit d’une technique consistant à intégrer le contenu de plusieurs serveurs dans un serveur et de diminuer l’espace de stockage nécessaire, d’assurer toujours la sauvegarde des données et d’économiser substantiellement l’électricité nécessaire au fonctionnement des nombreux serveurs. Les deux semaines sur place ont été bien nécessaires, pour installer, former le personnel et démontrer les avantages de cette technologie……. Le bonheur des informaticiens locaux en témoigne.

Profitant de la terrasse , Patrick Pasquier s’acharne sur la virtualisation de l’informatique

Et Delphine Grognuz ? eh bien, elle fait un stage d’un mois avant ses études médicales et ce, dans un contexte bien particulier. Qu’aura-t-elle conclue au terme de ce séjour (voir son rapport de stage)!

Delphine Grognuz et sa cheffe !

En sus de l’enseignement dans ces différents domaines, des cours / présentations ont profités non seulement au personnel de l’hôpital mais aussi aux étudiants à l’école d’infirmiers adjacents : anesthésiologie, fixateur externe et examen clinique de l’épaule et du genou, ergothérapie et ostéomyélite.

Georges Kohut fait une démonstration des fixateurs externes

Il y aura toujours à faire et encore certains buts que nous aimerions entériner avant de se tourner vers d’autres dispensaires ou hôpitaux dans le besoin : assurer le traitement des ostéomyélites qui touchent surtout et handicapent durablement les enfants et tenter d’assurer la stérilité des salles d’opérations. En radiologie, le but donné il y a dix ans touche à sa fin.

Georges en nounou

 

FS mars 2018

 

Partagez !